Sur ma piste des Larmes, en route vers la guérison

Share

 

healing

La guérison est une longue route. Je la parcours depuis maintenant presque 4 ans, presque 5. C’est comme ma Piste des Larmes moi.

Ces gens ont du marcher des kilomètres avec ce qu’ils ont pu apporter et tout recommencer à zéro car ont leur avait enlevé leurs terres. Ils ont dû faire le deuil de leur vie telle qu’elle était, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle aurait dû être selon eux et affronter avec courage et une résilience incommensurable.

 

piste des larmes

La Piste des Larmes
Les amérindiens ont été délogés par les États-Unies entre 1831 et 1838 suite à l’Indian Removal Act qui fût signé par le président le ordonnait la déportation des Amérindiens vivant dans les territoires situés entre les treize États fondateurs et le Mississippi vers un territoire situé au-delà de ce fleuve. Elle concernait 60 000 personnes.) Source wikipedia 

 

Depuis mon accident de travail, en mars 2013, j’ai dû moi aussi faire le deuil de toute ma vie… telle qu’elle était, telle qu’elle aurait pu être, telle qu’elle aurait dû être selon moi et j’ai dû moi aussi presque recommencer tout à zéro.

OMG que j’ai eu la chienne après que mon mari soit parti 1 an (jour pour jour) après mon accident. En plus du deuil de la danse dont j’avais si peur et que je ne voulais pas admettre (je dansais depuis que j’avais 3 ans), je devais faire le deuil de celui que j’aimais, celui qui m’avais promis d’être à mes côtés pour le meilleur et pour le pire. Ça fessé et ça a été dure. J’ai dû moi aussi faire preuve de résiliense et ça m’a donné une vision sur le monde que je ne voyais pas avant; ça m’a ouvert sur le monde et j’ai fait des rencontres mémorables avec des personnes merveilleuses qui m’ont fait grandir et évoluer.

Aujourd’hui, je ne peux pas dire que je suis guérie car je ne peux pas dire que la douleur ne contrôle pas ma vie puisqu’elle contrôle mon corps, mais j’ai appris à danser avec les obstacles sur ma Piste des Larmes. Je choisis de sourire quand même chaque jour, pour moi, et je m’efforce de trouver le positif en chaque moment difficile, dans chaque crise de douleur. Quand on est en crise de douleur c’est difficile de juste penser des fois, mais avec un entrainement quotidien en méditation j’ai réussi à rendre ça comme un réflexe. Je reste calme et j’accepte. Je prends ça comme un message qui me dit que je dois faire une pause, de prendre du temps pour moi, de prendre soin de moi et que ça passera. J’ai même réussi à être reconnaissante de tout ce qui m’est arrivé… c’est quand même pas rien. Dans un sens je suis guérie je crois.

Jacynthe Bondu

Si vous avez de la difficulté en cours de route et que vous voulez quelqu’un pour faire un bout de chemin avec vous, pour vous guider sur cette route difficile vous pouvez me contacter ici ou en message direct sur Instagram.